PDS – Hanami 2011

La chute des fleurs de cerisier

19 avril 2011

Au retour des vacances, je ne voie aucune fleur de cerisier devant mon immeuble. La floraison est fini. Tous les pétales sont emportées par le vent.

En ce moment au bosquet Nord du parc de Sceaux, les pétales roses tapissent le sol. La pluie des pétales de fleur de cerisier me rappelle des scènes magiques sur la chute des pétales de fleurs de pêcher dans le film (et le roman) célèbre chinois “Le rêve dans le pavillon rouge”:

Il en était arrivé aux vers sur les fleurs rouges qui tombaient sur le sol quand le vent se mit à souffler et l’arbre au dessus de lui répandit soudain une pluie de pétales sur ses vêtements, sur son livre et toute la terre autour. Il ne voulut pas les épousseter, craignant qu’on ne marche dessus. Il en ramassa autant qu’il put et les mit dans le giron de sa robe en la relevant. Il les porta jusqu’au bord de l’eau où il les répandit en les secouant. Les pétales dansèrent en cercles sur l’eau avant de disparaître par où s’écoulait le trop plein. A son retour, il en découvrit beaucoup plus qui étaient tombées en son absence.”

Devant la chute des fleurs, pour Lin Dayu dans le roman, c’est la tristesse et le regret du printemps à son déclin, la pitié pour les fleurs et de son propre sort, l’angoisse face au temps qui passe et à la fragilité de la vie. Dans la tradition japonaise, la chute des fleurs de sakura est la une métaphore du Samourai se détachant du monde au sommet de son évolution.

La chute des fleurs est aussi le symbole de la renaissance, du renouveau, car les feuilles n’apparaissent qu’après la floraison.

Devant la chute des fleurs, je ne voie qu’un moment magique offert par le printemps, par la nature.

Image: Blog du Parc de Sceaux

La floraison des cerisiers du Japon au Parc de Sceaux (2011)

Posted on 9 April 2011

Et voilà le retour de beaux jours. Les cerisiers parisiens – de la variété yae-zakura avec fleurs aux multiples pétales – commencent à fleurir abondamment dès les premières chaleurs d’avril. Les cerisiers roses au bosquet Nord du parc de Sceaux dans les Hauts de Seine sont en plein de floraison ce week-end (la floraison des blancs au bosquet sud est déjà passée, mais reste encore beau pour quelques jours). Venu le moment attendu depuis quelques semaines, non seulement pour la communauté japonais résidant dans la régions parisienne. Le miracle de la nature sans cesse renouvelé chaque printemps, pourtant la floraison ne dure que moins d’une semaine et tout le monde ne rate pas l’occasion de profiter ce miracle. Des habitants d’origine japonais, des amateurs de Hanami, des pique-niqueurs, des promeneur, des photographes, se rendent nombreux dans ledit bosquet dudit parc, du levé au coucher du soleil, pour pour admirer la beauté des 150 cerisiers roses en fleur. C’est l’occasion de se retrouver autour d’un repas sur l’herbe ou simplement prendre des photos. Après les sushis, les mangas, c’est le Hanami (ou Ohanami)- se résumant souvent à un  pique-nique organisé en famille ou entre amis sous les cerisiers en fleur, qui gagne Hexagone.

Entre le bleu du beau ciel, le vert tendre de la pelouse et le rose “absolu” des cerisiers qui sont pleinement ouverts et éblouissants, il y a d’autres couleurs printaniers dans ce plateau de pique-nique.

Fleurs de sakura ou fleurs de cerisier japonais

Fleurs de sakura (photo de Pixdaus.com)

Sakura est le nom japonais des cerisiers ornementaux au Japon. Le mot “sakura” est le dérivé du verbe sakuya («fleurir »), qui rappelle le nom légendaire de la princesse Kono-hana-sakuya-Hime. Son nom signifie « arbre-fleurs-floraison-princesse ». Cet arbre est uniquement cultivé pour ses fleurs. La fleur de sakura est la fleur la plus appréciée des Japonais. Parmi 400 variétés des cerisiers du Japon (sauvage, cultivé, blanc, rose, de 5 pétales, de plus de 5 pétales…). Somei Yoshino dont les fleurs sont composées de cinq pétales est la variété préféré au Japon. C’est un des symboles de ce pays. Le sakura est planté partout au travers du pays et jouent un rôle important dans la vie spirituelle des japonais. A partir du mois de janvier, la population suit attentivement la prévision de la floraison des fleurs sakura dans le journal télévisé du soir.

Le tableau ci-dessous répertorie les dates approximatives auxquelles les cerisiers ouvrent leurs premières fleurs et atteindre la pleine floraison. Les timings peuvent varier d’une année à l’autre.

Ville Ouverture moyenne Pleine floraison
Sapporo 5 mai 8 mai
Hakodate 3 mai 7 mai
Hirosaki 24 avril 30 avril
Sendai 12 avril 18 avril
Tokyo 28 mars 5 avril
Yokohama 28 mars 5 avril
Nagoya 28 mars 5 avril
Matsumoto 12 avril 17 avril
Takayama 16 avril 21 avril
Kanazawa 6 avril 11 avril
Kyoto 31 mars 7 avril
Osaka 30 mars 6 avril
Nara 1 avril 6 avril
Kobe 30 mars 6 avril
Hiroshima 29 mars 5 avril
Takamatsu 30 mars 6 avril
Matsuyama 28 mars 5 avril
Fukuoka 26 mars 3 avril
Kumamoto 24 mars 2 avril
Kagoshima 26 mars 3 avril
Naha 19 janvier 4 février
Les données sont fonction de la météo du Japon (source: Japan Guide)

La floraison des cerisier japonais est la phénomène le plus spectaculaire du printemps. Les fleurs sont en plein de floraison avant la pousse des feuilles. Chaque arbre devient un bouquet rose ou blanc étincelant sous le soleil. La période de pleine floraison (mankai) est généralement environ une semaine après l’ouverture des premières fleurs (Kaika). Ensuite, les fleurs tombent des arbres. Le vent fort et la pluie peuvent réduire encore la saison de floraison. La fête du Hanami est une occasion de se reposer et de profiter la beauté éphémère du paysage. Elle célèbre la beauté des cerisiers en fleurs ainsi que la pratique de l’art de la contemplation. Au Japon, dans certains endroits, les cerisiers fleurirent à côté d’un château, d’un temple ou d’un sanctuaire, ce qui rend un spectacle étonnant, typiquement japonais (pagode de Chureito, Château de Matsumoto, château de Nagoya, Sanctuaire de Heian, Château d’Osaka, Château de Matsuyama…) Les fleurs sont aussi allumées dans la soirée.

Le sakura est un arbre d’ornement, sacré dans la religion shintô. Il présente dans la musique, la littérature, la peinture et aussi sur les objets de maison, les textiles comme kimonos et les articles de papeterie. C’est une source d’inspiration infinie pour les artistes. Mais la floraison de sakura de courte durée, est en fait un symbole de la précarité.

Ici, en France, à 11 km au Sud de Paris, dans la partie ouest du parc de Seaux, le long du Grand canal, près du pavillon de Hanovre et de la plaine de Châtenay, il y a deux bosquets de cerisiers japonais avec 254 arbres. Il y a 150 cerisiers à fleurs doubles (plus de cinq pétales) de couleur rose clair (Prunus serrulata ‘Kanzan’) et 104 cerisiers à fleurs blanches simples (Prunus avium) et doubles (Prunus avium ‘Plena’). Les Japonais d’Ile-de-France fêtent Hanami dans ce parc.

Les cerisiers japonais ont été introduits en Europe vers 1860. Selon certains rapports, les cerisiers ornementaux sont arrivés du Japon avec Philipp Franz von Siebold, médecin et naturaliste bavarois, né le 17 février 1796 à Wurtzbourg et mort le 18 octobre 1866 à Munich. Au cours de ses 6 ans au Japon (1823-1829), Siebold possédait la plus grande collection de plantes japonaises au monde (500 plantes vivantes, 2000 espèces en herbier…) Il a envoyé et emporté à Leiden, Gand, Bruxelles et Anvers très nombreuses espèces, notamment horticoles, dont les cerisiers japonais.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s